side-area-logo

Morondava et ses environs

Baobabs et Tsingy : mystères de la nature


C’est à la capitale Tananarive que débute ce trip vers l’Est du pays. Comme bien souvent, l’objectif est de rejoindre la côte. Nous embarquons dans un taxi brousse « de luxe » au petit matin pour rejoindre Morondava onze heures plus tard. La route est bonne et goudronnée tout le long et les paysages des hauts plateaux défilent rapidement. Lorsque nous approchons de Morondava en fin d’après-midi, la lumière se fait plus chaude, ce sont les heures magiques. Les premiers baobabs se dessinent alors que la camionnette se fraye un chemin entre les troupeaux de zébus, dans la poussière jaune orangée des lumières du coucher de soleil. Tout dans la ville revêt une grâce nouvelle pendant quelques instants…

Voir la vidéo
L’allée des baobabs et les baobabs amoureux

L’allée des baobabs et les baobabs amoureux ne sont qu’à une demi-heure de bonne piste de la ville : ce sera le programme de cette première journée ! Après avoir traversé l’allée des baobabs, nous approchons les baobabs amoureux, situés un peu plus loin. Ceux-ci sont entrelacés en une vrille quasi parfaite… cette curiosité naturelle nous laisse perplexe ! Les baobabs s’amusent à prendre des formes étranges et les malgaches ont de l’imagination ! Nous croiserons ainsi les baobabs jumeaux, le baobab femelle, le baobab mâle (dont nous tairons la particularité!) …  Nous revenons ensuite sur nos pas pour profiter de l’illustre allée un peu plus longuement : nous avons de la chance car en cette fin d’après-midi, peu de touristes ont fait le déplacement pour voir le coucher du soleil. L’instant est magique. L’atmosphère est détendue : des enfants se lavent dans une mare en riant, d’autres jouent au ballon prisonnier sur l’étendue d’herbe qui borde l’allée. On contemple le spectacle, assis non loin. Ces colosses centenaires plantés de part et d’autre de la piste semblent s’élancer vers le ciel qui flamboie…

Même si on ne va pas à Morondava pour sa gastronomie, on trouve quelques restos sympas sur place et dans les guides. La ville est relativement animée en soirée. On peut aussi écouter de la musique live presque tous les soirs chez Jean le Rasta !

Image module
Les Tsingy de Bemaraha

C’est avec l’hôtel Tanankoay que nous avons organisé trois jours dans les Tsingy au départ de Morondava. Jean-Jacques, notre chauffeur, passe nous prendre à 5h30 à notre hôtel et nous prenons la direction de Bekopaka. La piste a été refaite dans l’année mais elle est de nouveau très endommagée par les pluies. Les déviations sont nombreuses et les bourbiers impressionnants. Il faut donc compter pas moins de dix heures de trajet pour rejoindre Bekopaka. Cette durée est variable car on emprunte deux bacs pour franchir les rivières Tsiribihina et Manambolo et l’on peut parfois patienter de longues heures avant de voir son véhicule partir sur une embarcation ! C’est toutefois une expérience exceptionnelle. Notre 4×4 quitte la rive et grimpe sur le bac en équilibre sur deux poutrelles métalliques rouillées. Les malgaches qui nous entourent à bord sont absorbés dans leur quotidien, inconscients du caractère pour nous inédit et incongru de la situation.

Image module

En fin de journée nous atteignons le sympathique hôtel Tanankoay, à la sortie de Bekopaka. De jolis bungalows en dur, décorés avec goût, nous offrent une bonne nuit de repos avant de partir dès le lendemain en balade dans les Tsingy.

Les Tsingy de Bemaraha sont un parc National de Madagascar et suivent donc la législation commune de ces réserves. Un guide nous est attitré au petit matin et il faut encore rouler une heure pour rejoindre le point de départ du sentier. La balade débute dans la jungle pendant une petite demi-heure et très vite on pénètre dans les cathédrales de calcaire. Les Tsingy sont des formations rocheuses érodées par les pluies acides. C’est ce qui leur confère ces formes d’aiguilles dont certaines atteignent soixante mètres de haut. La progression peut y être un peu périlleuse si l’on est sujet au vertige. Certains passages ressemblent à une via ferrata et l’usage du baudrier est obligatoire, notamment pour franchir le pont suspendu.

Lorsque l’on surplombe le site, la vue est magistrale. Un paysage lunaire et hostile de dents grises qui s’hérissent à perte de vue nous entoure. On descend ensuite au cœur des canyons étriqués pour pique-niquer à la fraîche.  La boucle se termine dans la jungle après quatre heures de marche et il n’est pas rare d’apercevoir quelques lémuriens dans les arbres.

La fin d’après-midi  est propice à la visite des petites Tsingy. C’est une balade plus courte, d’une heure environ, et assez similaire à celle du matin, mais nettement moins majestueuse ! Il est également possible de partir en pirogue pour remonter la rivière Manambolo et atteindre ses gorges.

Le lendemain, une longue route nous attend pour rejoindre Morondava puis Tananarive ensuite. Ces quelques vingt-trois heures de voiture en trois jours n’entament en rien notre enthousiasme. Nous hésitions à nous y rendre en arrivant à Madagascar et pourtant la région de Morondava regorge de trésors naturels incroyables. A ne pas manquer, vraiment !

Image module
• Morondava pratique 
Pour relier Tananarive et Morondava

Si vous souhaitez rejoindre Morondava par la route, nous vous conseillons de réserver des places à bord d’un taxi brousse “de luxe”. Le prix est quasiment similaire à un taxi brousse classique, mais vous serez sûrs de partir à l’heure (et pas seulement une fois le mini-bus plein) et de disposer d’un confort convenable (n’hésitez d’ailleurs pas à réserver plusieurs places par personne, histoire de pouvoir s’allonger un peu lors de ces longues heures de route!). Certaines compagnies vous offrent même des bouteilles d’eau et la plupart vous arrêteront dans une gargote correcte pour déjeuner. Les départs pour Morondava se font à la gare routière du sud, généralement à 6h. Cette gare se situe au lieu dit Fasan’ny Karana, à Ankadimbahoaka : tous les taxi connaissent l’endroit (à environ 15 min du centre de Tana) ! Nous avons opté pour la coopérative TRANS TSY TARA, qui s’est montrée très professionnelle.

Coopérative Trans tsy tara

Une place : 40 000 ariary (soit environ 11 euros). Contacter Dolcette : 032 66 202 92 ou 032 42 685 88 ou 033 70 61 891 ou Patrick au 032 43 310 47

Les baobabs de Morondava

Il est très facile de partir explorer les plaines environnant la ville à la découverte de ces baobabs mythiques, image d’Épinal de l’île. Même s’il est possible de se rendre à l’allée des baobabs en taxi (ce que nous avons fait, mais le pauvre a souffert et nous avons dû le pousser une ou deux fois !), nous vous conseillons tout de même de louer un 4×4 à la journée, cela vous permettra de sortir des sentiers battus, et d’accéder aux baobabs amoureux beaucoup plus facilement. N’importe quel hôtel pourra vous organiser cette excursion en un clin d’œil ! Allez-y tôt le matin ou pour le coucher de soleil, c’est là que vous aurez la plus belle lumière ! Vous pouvez traverser l’allée des baobabs, vous rendre au baobabs amoureux, puis revenir sur vos pas pour profiter du coucher du soleil sur cette fameuse allée.  Le retour de nuit sur Morondava ne pose aucun problème.

Les Tsingy gris de Bemaraha

Accéder au petit village de Bekopaka, point de départ pour explorer les Tsingy de Bemaraha, n’est pas de tout repos. Selon la saison, cela peut même s’avérer impossible ! En effet, la route qui relie Morondava aux Tsingy, longue et parfois éprouvante, est seulement praticable de début mai au mois de novembre. Renseignez-vous bien auprès de votre chauffeur de 4×4 ou de votre hôtel avant de vous lancer !

Si vous partez de Morondava, le plus simple est de contacter un des hôtels de Bekopaka pour organiser votre transfert. On pourra alors vous donner des informations (fiables!) sur l’état de la route et beaucoup travaillent avec des chauffeurs de 4×4 expérimentés et très professionnels. Certains hôtels proposent même des packs assez intéressants incluant le transfert en 4×4, les nuits et les repas, les droits d’entrée et de guidage pour la visite du parc. Vous pouvez effectuer cette visite sur 3 jours (c’est faisable, nous l’avons fait!) mais, si vous avez assez de temps devant vous, nous vous conseillons tout de même de passer au moins deux jours sur place, afin d’espacer les deux journées de route…

Nos adresses coup de cœur 
Le Tanankoay

C’est auprès du Tanankoay que nous avons réservé notre périple. Pascale, une chaleureuse perpignanaise, et son mari Tony, nous ont organisé un séjour aux petits oignons ! Très réactifs lors de nos échanges d’e-mails, ils ont pu nous conseiller et nous donner des informations sur l’état de la route en temps réel !  Nous avons donc réservé un séjour de trois jours incluant la location du 4×4 avec chauffeur (traversées en bacs et carburant compris), les nuits et les repas, les droits d’entrée et de guidage pour la visite des grands et des petits Tsingy pour 523 500 Ar/personne (soit environ 150 euros, sur la base d’un séjour pour 4 personnes).

Téléphone : Mr. Tony : 033 13 658 45 / 034 18 251 93 ; l’hôtel : 032 02 226 62 E-mail : tanankoay@yahoo.fr ou rj_tony@yahoo.fr

Mad Zebu

Sur la route pour les Tsingy, nous avons fait une halte à Belo-sur-Tsiribihina, afin de se délasser un peu et de se restaurer… C’est au Mad Zebu que nous nous sommes arrêtés et notre surprise fut grande lorsque l’on vit nos assiettes arriver ! Digne d’un restaurant gastronomique (perdu au milieu de nulle part!), le Mad Zébu propose des plats excellents, sublimés par une présentation raffinée. Goûtez aux grosses crevettes locales, les “camarron”, elles sont délicieuses ! Certainement une des meilleures adresses du pays, ne passez pas à côté !

Téléphone : 032 07 589 55 / 032 40 387 15

E-mail : restaurant-madzebu@yahoo.fr

Plats : environ 15 000 Ar / menus : environ 25 000 Ar

Recommend
Share
Tagged in
Leave a reply